« Je suis content pour lui, ça ne fait pas longtemps qu'il est là, et on veut qu'il se sente bien, glisse sobrement le capitaine niçois Paul Baysse. On le présente comme la star de l'équipe, mais ce n'est pas ça, c'est d'abord quelqu'un qui se fond dans le groupe. » Pas une star, Balotelli ? Un peu, quand même. Pour comprendre l'attente suscitée par l'arrivée du bonhomme, il fallait venir dès 20 heures. L'antre des Aiglons se garnissait tranquillement, quand soudain, la populaire Sud entière s'est levée pour offrir à l'ancien Milanais sa première chanson. Le messie italien venait seulement de pénétrer la pelouse pour l'échauffement. Mais depuis une semaine, Balotelli et son puissant agent Mino Raiola avaient lancé l'opération reconquête. Veste Ralph Lauren pas cher
A coup de sourires, de cadeaux pour les coéquipiers, on nous l'assurait, lui, l'éternel ado attardé, avait changé. En dehors des terrains, du moins. Et sur le rectangle vert ? Il lui aura fallu moins de sept minutes pour dire bonjour à la France du football, et 70 de plus pour lui faire tourner la tête. Un pénalty en (...)Mais comment l'OL en est-il arrivé là ? Comment Lyon, assuré de jouer la Ligue des champions depuis début mai, aborde-t-il dans des conditions aussi défavorables la plus prestigieuse des compétitions ? Tous les voyants sont au rouge dans le Rhône. Ralph Lauren Soldes Avec trois défaites en cinq matchs officiels, le bateau OL tangue de toutes parts. Dans le jeu, les Rhodaniens sont méconnaissables. La défense est plus que perméable et l'infirmerie ne cesse de se remplir. Le dernier en date, Alexandre Lacazette, le joueur vedette du club qui passe des examens de sa cuisse aujourd'hui, sera absent au minimum trois semaines. Jallet, Grenier, Valbuena et Fekir sont également sur le flanc. En attaque, Bruno Genesio n'a que très peu de choix. Aulas tente de faire bonne figure Un début de crise inattendu. Survetement Ralph Lauren pas cher
Mais pas inexplicable. Petit à petit cet été, hors du terrain, l'OL a perdu le fil. Dès le 28 juillet. Ce jour-là, l'OL et Naples tombent d'accord pour un transfert de Corentin Tolisso. Indemnité : 30 M€ et 7,5 M€ de bonus (dont 5 M€ facilement accessibles). Seulement, le joueur fait volte-face et reste à Lyon. Publiquement, l'OL affiche sa satisfaction, mais l'état-major grimace.