En parallèle, l'armée russe a transmis données et informations aux Etats-Unis "comme cela était prévu par l'accord russo-américain concernant le cessez-le-feu en Syrie", a indiqué le général Konachenkov. "Un jour s'est écoulé. Nous n'avons reçu pour l'instant aucune donnée de la part de nos partenaires" américains, a-t-il déploré. Moscou poursuit son offensive diplomatique en vue de faire respecter la trêve, dont les modalités ont été fixées par la Russie et les Etats-Unis, et a affirmé qu'elle fera "le nécessaire" pour que le régime de Damas interrompe les combats. Vladimir Poutine a dit espérer que les États-Unis, qui appuient les groupes rebelles, feraient "la même chose" avec eux. Le chef d'Etat syrien Bachar al-Assad s'est de son côté dit "prêt" à respecter le cessez-le-feu lors d'un entretien téléphonique mercredi avec M. Poutine. Lacoste pas cher
Cependant, "l'accord russo-américain ne satisfait pas tout le monde", a remarqué le général. "Surtout dans le nord de la Syrie, où la Turquie continue de tirer à l'artillerie lourde à partir de son territoire sur des villages frontaliers syriens", a-t-il dénoncé, alors qu'Ankara et Moscou, aux positions diamétralement opposées sur le conflit syrien, connaissent de vives tensions. Le Tribunal arbitral du sport a rejeté mercredi la demande du Prince Ali, l'un des cinq candidats à la présidence de la Fifa, d'installer des isoloirs transparents lors du vote de vendredi, a-t-on appris auprès du TAS. Dans un communiqué, le Prince Ali a "regretté" cette décision, qui confirme donc la tenue du congrès électif vendredi pour la succession de Joseph Blatter à la tête du football mondial. Le Jordanien, qui avait poussé le dirigeant suisse a un second tour lors du dernier scrutin, fin mai, est l'un des trois outsiders à l'élection derrière les deux favoris, le cheikh bahreini Salman et l'Italo-Suisse Gianni Infantino. Lundi, le Prince Ali avait demandé que soit ordonnée à la Fifa d?utiliser des isoloirs transparents, ainsi que de recourir à des scrutateurs indépendants, "afin de sauvegarder l?intégrité de la procédure de vote et de garantir le secret du vote", a expliqué le TAS dans son communiqué. "La demande de mesures provisoires a été rejetée", a indiqué le TAS, instance suprême de la justice sportive qui siège à Lausanne. Lacoste Homme pas cher Le Prince Ali avait également demandé le report de l?élection présidentielle au cas où le TAS n'aurait pas été en mesure de rendre une décision finale avant le jour de l'élection, "mais cette demande est maintenant sans objet", a ajouté le TAS, confirmant donc la tenue du scrutin. Un autre des cinq candidats à l'élection, le Français Jérôme Champagne, avait apporté son soutien à la demande du Prince Ali. "Je regrette que le système nous ait abandonnés, a réagi le Prince Ali dans un communiqué. Le seul aspect positif de cette décision est que l'élection va maintenant pouvoir se dérouler comme prévu." "Il est maintenant impératif que les votants se soumettent à l'interdiction de prendre leur téléphone mobile au moment du vote", a ajouté le Prince. Les avocats du Jordanien avaient estimé que seul un isoloir transparent permettrait de prouver que "chaque votant vote bien en son âme et conscience et qu'il n'y pas eu de vote forcé, en empêchant les votants de photographier leur bulletin pour prouver qu'ils auraient suivi une éventuelle consigne de vote". Sollicitée par l'AFP pour réagir à la requête du Prince Ali, une porte-parole de la Fifa avait alors répondu: "Les votants pourront avoir avec eux leur téléphone mobile dans la salle du congrès mais devront le laisser au moment où ils iront voter. Lacoste Femme pas cher
" Les isoloirs commandés par le Prince Ali mais qui ne serviront donc pas sont arrivés à l'aéroport de Zurich dans six boîtes et ont été présentés mercredi à l'AFP qui a pu les photographier. L'Egypte a enfin reconnu mercredi, quatre mois après le drame, que l'avion de touristes russes qui s'est écrasé dans le Sinaï tuant ses 224 occupants avait bien été la cible d'un attentat, lequel avait été revendiqué par le groupe Etat islamique . Dans un discours impromptu lors d'une conférence retransmise par les télévisions, le président Abdel Fattah al-Sissi a ainsi mis un terme à l'acharnement de son pays où le tourisme était déjà moribond en raison d'une vague d'attentats à nier une évidence pourtant reconnue deux semaines après le drame par son homologue russe Vladimir Poutine en personne. "Le terrorisme a-t-il cessé Qui que ce soit qui ait abattu cet avion, que cherchait-il ? Seulement frapper le tourisme ? Non, à frapper nos relations avec la Russie", a dit M. Sissi en répondant à des questions devant un auditoire de responsables gouvernementaux et économiques. Le 31 octobre 2015, un Airbus A-321 de la compagnie charter russe Metrojet s'est disloqué soudainement à quelque 10.000 m d'altitude, 23 minutes après avoir décollé de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, au bord de la mer Rouge dans le sud de la péninsule du Sinaï, bastion de la branche égyptienne de l'EI.